Mercredi 6 avril à 20h30 : L'armée des ombres

de Jean-Pierre Melville - 1969 - France / Italie - 2h20 - Avec Lino Ventura, Simone Signoret, Paul Meurisse, Jean-Pierre Cassel

France 1942. Gerbier, ingénieur des Ponts et Chaussées est également l'un des chefs de la Résistance. Dénoncé et capturé, il est incarcéré dans un camp de prisonniers. Alors qu'il prépare son évasion, il est récupéré par la Gestapo...

Un des plus beaux portraits jamais réalisés sur la résistance. Jean-Pierre Melville adapte le roman de Joseph Kessel tout en y ajoutant ses propres souvenirs. Le résultat est à la fois grave et démystifiant.

Vendredi 8 avril à 18h30 : Le miroir - présentée par Pascal Greggory

de Andreï Tarkovski - 1974 - URSS - 1h50 - vostfr - Avec Margarita Terekhova, Ignat Daniltsev, Larisa Tarkovskaja

Si le cinéma est souvent pris pour un miroir de la vie, ce film n’en est pas un reflet. Disons plutôt qu’il réfléchit. Comme un pronom. Tarkovski s’y réfléchit. Je me souviens (donc je suis ?). Mémoire volontaire. Comme un homme à un tournant de sa vie (se) cherche dans un miroir un présent insaisissable et qu’il y trouve tout aussi insaisissable son passé en souvenirs éclatés. Mémoire involontaire. Le Miroir est un film sur le temps et la mémoire : le temps de la mémoire, la mémoire du temps. Sans flash-back convenu ni linéarité, la mémoire sans chronologie, lacunaire, par assauts, furtifs et répétés, en marée. Écumantes et écumées : mémoires mêlées. 

Vendredi 8 avril à 21h : Nuit de chien - présentée par Pascal Greggory

de Werner Schroeter - 2008 - Allemagne / France / Portugal - 1h53 - Avec Pascal Greggory, Amira Casar, Bruno Todeschini, Nathalie Delon

La nuit en question est celle vécue par Ossorio de retour dans son pays consumé par la guerre civile. Retrouver la femme qu’il aime et fuir avec elle. Le pays est imaginaire et la femme une chimère. Un prétexte pour aller de rencontre en rencontre. Pourtant, la linéarité ne sera pas l’atout principal de Nuit de chien. Nous sommes ici chez Werner Schroeter, un cinéaste excessif et baroque. L’aristocratique esthète jette, avec ce dernier film, un regard percutant et halluciné sur nos sociétés modernes. Radicalité du propos et intransigeante liberté de ton. Schroeter se joue de l’espace, du temps, du détail factuel et compose un opéra kafkaïen sur un monde à l’agonie. À l’arrivée, un voyage au bout de la nuit. Séance présentée par Pascal Greggory

 

50 ans du cinéma ABC

Séances

du Mercredi 15/11 au 21/11
du Mercredi 22/11 au 28/11

ALICE AU PAYS DES MERVEILLES

Samedi 18 Novembre à 15h : Retransmission de ALICE AU PAYS DES MERVEILLES du Royal House House du Covent Garden de Londres.

Inscription Newsletter

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
suivez-nous aussi sur :