Mardi 17 octobre à 20h30

RETOUR EN ALGERIE en présence du réalisateur Emmanuel Audrain et du toulousain Gérard Kihn protagoniste du film.

(Ph : Gérard Kihn - retourenalgerie-lefilm.com)

Ils ont eu 20 ans, entre 1954 et 1962. Comme deux millions de jeunes Français, leur Service militaire ce fut la Guerre d’Algérie. Torture et "corvées de bois" sont les blessures dont leur génération n’a pas pu parler.

À 65 ans, avec la possibilité de percevoir leur "retraite du combattant", Rémi, Georges, Stanislas, Gilles et les autres… choisissent de mettre cet argent en commun pour financer des projets solidaires, en Algérie.

Eux, qui s’étaient tus si longtemps, voilà qu’ils parlent. Et leurs vieux coeurs qui rajeunissent ! Allant à la rencontre de jeunes lycéens, ils disent : "Parfois, il faut désobéir… Oser, dire Non". Ils ajoutent : "Cette histoire, a bouleversé nos vies. Mais – aujourd’hui – retournant en Algérie, c’est une autre page que nous voulons écrire… Solidaire et fraternelle, celle-là ! "

www.retourenalgerie-lefilm.com

Séance dans le cadre des Journées Culturelles Franco-algériennes de Toulouse. En savoir plus

GERARD, Technicien de forages
Dans le film, Gérard Kihn se souvient de l’effet libérateur de cette première rencontre. "Ce que je n’avais jamais pu dire à ma femme, mes enfants ou mes proches, j’ai enfin pu le partager, sous le regard bienveillant de Simone de Bollardière. Quand elle a dit, avec toute sa conviction : "Ce n’est pas vous, les coupables ! ", j’ai été bouleversé. Alors que je ne voulais pas prononcer un mot, je me suis entendu dire : "J’ai été parachutiste chez Bigeard. Vous devinez la suite..." Après m’avoir écouté, une enseignante m’a conseillé d’écrire. J’ai refusé. "Ce n’est pas mon métier." Elle a insisté... Une nuit, réveillé par un cauchemar, j’ai pensé à elle et noté ces éclats de violence qui troublaient encore ma vie quotidienne ; des notes rapides, puis plus tard une mise au propre. Mon livre s’est construit, à partir de tous ces moments. Ma nombreuse famille, de l’Est de la France, qui le découvre, n’en revient pas ! ".
(Le sang des autres, Empreinte Editions, Toulouse)

50 ans du cinéma ABC

Séances

du Mercredi 22/11 au 28/11
du Mercredi 29/11 au 05/12

Séance unique Felix et Meira de Maxime Giroux

Séance mardi 28 Novembre 2017 à 20h30 FELIX ET MEIRA de Maxime Giroux, dans le cadre des Journées de la Culture Juive, organisée par l'association Hebraica.

Inscription Newsletter

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
suivez-nous aussi sur :