Jeudi 23 janvier, fêtons la nouvelle année avec Cinélatino:

• 18h30 : LA LLORONA de Jayro Bustamante

De Jayro Bustamante - Guatemala - 1h37 - Vost

La Llorrona : seuls les coupables l’entendent pleurer. Selon la légende, la Llorona est une pleureuse, un fantôme qui cherche ses enfants. Aujourd’hui, elle pleure ceux qui sont morts durant le génocide des indiens mayas. Le général, responsable du massacre mais acquitté, est hanté par une Llorona. Serait-ce Alma, la nouvelle domestique ? Est-elle venue punir celui que la justice n’a pas condamné ? bande annonce

suivi d’un verre offert offert par Cinélatino

• 21h : COCAÏNE PRISON de Violeta Ayala, Prix du Public au festival Cinélatino 2018

À l'intérieur d'une prison bien connue en Bolivie, un tout petit traficant - “mule de la drogue” - et sa soeur cadette s'interrogent sur les relations du monde avec les stupéfiants. Dans la vieille maison coloniale qui s'effondre sous le poids de ses 400 prisonniers, la réalisatrice a réussi à donner des caméras à plusieurs détenus : Cocaine prison est un documentaire filmé en partie par les prisonniers eux-mêmes. Si l’on prend en considération que la moitié des prisonniers en Bolivie sont incarcérés pour des infractions mineures en matière de drogue, dans un pays où la feuille de coca est la culture nationale comme la vigne l'est en France, les histoires de Daisy, Hernán et Mario nous montrent que l'hypocrisie dans la guerre contre la drogue a un prix. Mais qui paie ?

violeta Ayala est une réalisatrice bolivienne d’origine quechua, née en 1978 à Cochabamba. Journaliste de formation, elle s’est particulièrement attachée dans son cinéma aux sujets d’investigation. Elle explique : « J’ai grandi sans aucune notion de bien ou de mal au sujet de la cocaïne. Pour moi, c’était un moyen de s’enrichir, c’est tout. Puis en vivant aux États-Unis et en Australie, j’ai pu constater les ravages provoqués par la consommation de drogue. En Bolivie, nous n’avons pas conscience des conséquences négatives liées au trafic et à l’addiction. Comme Hernan le dit : « Ici, il ne s’agit pas de crime organisé comme en Colombie. Tu veux gagner de l’argent ? Tu travailles dans le business. Tu veux arrêter ? Et bien, tu es libre de le faire et de partir». Bande annonce

 

Tarif spécial de 12€ la soirée, ou tarifs habituels pour un seul film

Séance organisée en collaboration avec Cinélatino !

 

Séances

du Mercredi 19/02 au 25/02
du Mercredi 26/02 au 03/03

Festival Télérama Enfants : vacances de février

Du 12 au 23 février 2020, venez (re)découvrir le meilleur cru du cinéma enfants de 2019 et une avant-première, l'idéale pour les vacances d'hiver ! 3.50€ la...

Inscription Newsletter

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
suivez-nous aussi sur :