Je suis arrivé à Toulouse en septembre 1966, un mois avant d’avoir 20 ans, mais c’est très récemment que j‘ai appris que 1966 était l’année de la création de l’ABC.

Voici une anecdote personnelle à ce sujet en 4 points. Je l’ai appelée : L’ABC et la v.o.

En 1961, j’étais en classe de seconde, chez les jésuites, à Metz, et notre professeur d’anglais (1), passionné de théâtre et de cinéma, nous avait vivement conseillé d’aller voir un film de Fritz LANG qui venait de sortir. Je crois bien que c’était la première fois que j’entendais dire : « film de … ». Jusque là, on disait plutôt : « film avec … ». Le nom de Fritz LANG m’était, alors, totalement inconnu. Mais je suis allé voir cette réalisation - Le diabolique docteur Mabuse, avec notamment Gert FRÖBE, futur Goldfinger - et je me souviens y avoir eu grand plaisir.  

En 1964, La grande évasion de John STURGES était projetée sur les écrans. Lorsque j’ai vu ce spectacle, en version doublée (il n’y avait pas, à l’époque, d’autre formule dans les cinémas « commerciaux »), j’ai été très gêné car la voix qui doublait l’acteur vedette, Steve Mc QUEEN, n’était pas celle qui le doublait dans le feuilleton très populaire Au nom de la loi, diffusé à la télévision. Je n’ai pas prolongé ma réflexion plus loin.

En 1966, passant devant le cinéma ABC, et le découvrant, j’ai vu qu’on y donnait Cape et poignard de Fritz LANG, avec Gary COOPER. Me sentant doublement en confiance, j’ai pris ma place pour voir ce film. Horreur : il s’agissait d’une version originale sous-titrée. C’était la première fois que j’en voyais une et je n’ai pas réussi à m’adapter. Je suis sorti furieux de la séance en me disant que l’ABC ne m’y reprendrait plus …

Avant de prendre ma place, dans une salle « commerciale », de mon prochain opus américain, Nevada Smith d’Henry HATHAWAY, avec Steve Mc QUEEN, j’ai demandé à la caisse si c’était bien en version doublée. On m’a répondu que « bien sûr » et on a paru offusqué de ma question. Surprise : j’ai tout de suite « senti » que le parler des acteurs était faux : cela m’a ramené à La grande évasion et j’ai pensé : « Finalement, l’ABC … »

A partir de 1960, j’ai noté tous les films vus sur grand écran. Depuis Cape et poignard, j’en ai vu 4 270, dont combien à l’ABC en près de 50 ans ? Je dirai une fourchette entre 1 500 et 2 000 … Plus ???

 

A Toulouse, le 23 juin 2015 G.CONSTANS

(1) Il s’agissait en fait du jésuite Jean MAMBRINO. C’était un poète réputé – je ne le savais pas à l’époque – et aussi un critique redouté. En 1962, il avait éreinté la mise en scène de Jacques FABBRI pour « Les joyeuses commères de Windsor » de SHAKESPEARE, donnée à Metz. Je me souviens que « Le canard enchaîné » avait écrit en réaction à sa critique quelque chose du genre « Ce n’est pas un critique ensoutanné qui va gâcher notre plaisir » !

50 ans du cinéma ABC

Séances

du Mercredi 22/11 au 28/11
du Mercredi 29/11 au 05/12

Séance unique Felix et Meira de Maxime Giroux

Séance mardi 28 Novembre 2017 à 20h30 FELIX ET MEIRA de Maxime Giroux, dans le cadre des Journées de la Culture Juive, organisée par l'association Hebraica.

Inscription Newsletter

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
suivez-nous aussi sur :