Avec la Cinémathèque et le Rex, l'ABC était l'un des sommets du triangle magique des cinéphiles en herbe. La salle d'art et d'essai. Au milieu des années 1980, je voyais couramment deux à trois films par jour. On louait aussi des vidéocassettes, mais c'était fade au regard des émotions ressenties devant un grand écran.

Je me rappelle la première fois où j'ai vu Playtime, de Tati, à la Cinémathèque, cette incroyable impression de partage, de complicité dans le rire que l'on ne rencontre qu'en salle. Le Rex était plus grand public, avec des séances de minuit ; le week-end, je dévorais Délivrance, Howard Hawks, John Carpenter, le cinéma d'horreur italien, Mario Brava et Dario Argento, les Monty Python. Et puis, en 1987, je suis tombé sur Honkytonk Man, de Clint Eastwood. Je connaissais l'acteur des westerns spaghettis de Sergio Leone, mais, là, c'était son premier film comme réalisateur que je voyais. Une révélation ! Un cinéaste de l'étoffe de John Ford ou de Chaplin, mais contemporain !

Christian Authier, Écrivain cinéphile, Journaliste

Extrait Les repaires d'un écrivain, paru dans le Télérama Spécial Toulouse 3401 - du 18/03/2015

50 ans du cinéma ABC

Séances

du Mercredi 24/05 au 30/05
du Mercredi 31/05 au 06/06

POWER TO CHANGE...

Projection POWER TO CHANGE : LA RÉBELLION ÉNERGÉTIQUE mardi 30 Mai à 20h30 en présence des membres de ENERCOOP Midi-Pyrénées. Séance en collaboration avec la...

Inscription Newsletter

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
suivez-nous aussi sur :